Prières Bien Etre & francemarc13janvier@live.fr

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,créateur du ciel et de la terre ;et en Jésus-Christ,son fils unique,notre Seigneur,qui a été conçu du Saint-Esprit,est né de la Vierge-Marie,a souffert sous Ponce Pilate est mort et a été enseveli,est décendu aux enfers,le troisième jour est ressuscité des morts,est monté aux cieux,est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.à la résurrection de la chair Je crois en l’Esprit-Saint,,à la sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés,à la résurrection de la chair,à la vie éternelle. Amen.
Notre Père
Notre Père qui êtes aux cieux. Que votre nom soit sanctifié. Que votre règne arrive. Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laissez pas succomber à ta tentation. Mais délivrez-nous du mal.
Je vous salue, Marie
Je vous salue, Marie pleine de grâce ;e Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus,e fruit de vos entrailles, est béni.Sainte Marie, Mère de Dieu,priez pour nous pauvres pécheurs,maintenant et à l’heure de notre mort..
Amen.
Prières Bien Etre & francemarc13janvier@live.fr

Pour se ressourcer, et trouver réconfort dans la prière.

Mots-clés


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Trois femmes

Partagez
avatar
francemarc
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1343
Date d'inscription : 27/07/2007

Trois femmes

Message par francemarc le Jeu 29 Nov - 17:49



Trois femmes





Trois femmes sont à l'origine du personnage de Marie Madeleine :




- Marie de Béthanie, soeur de Marthe et de Lazare le ressuscité
- Marie de Magdala, dite " la magdaléenne ", qui donna son nom au personnage de Madeleine.

- Enfin, la pécheresse anonyme, propre à Luc.

Les premiers textes à citer ces trois femmes sont les évangiles canoniques :






A - MATTHIEU




a - L'onction à Béthanie



26-6 et suiv. :
Comme
Jésus se trouvait à Béthanie, chez Simon le lépreux, une femme
s'approcha de lui, avec un flacon d'albâtre contenant un parfum très
précieux, et elle le versa sur sa tête, tandis qu'il était à table.

b - Au calvaire


27-55 et suiv. :
Il y avait là de nombreuse femmes qui regardaient à distance, celles-là
même qui avaient suivit Jésus depuis la Galilée et le servaient, entre
autre Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère
des fils de Zébédée.



c - L'ensevelissement


27-61: Or il y avait là Marie de Magdala et l'autre Marie, assise en face du sépulcre.



d - La visite au tombeau


28-1 et suiv. :
Après le jour du sabbat, comme le premier jour de la semaine commençait
à poindre, Marie de Magdala et l'autre Marie vinrent visiter le
sépulcre. [...]



B - MARC



a - L'onction à Béthanie



14-3: Comme
il se trouvait à Béthanie, chez Simon le lépreux, alors qu'il était à
table, une femme vint, avec un flacon d'albâtre contenant un nard pur
de grand prix. Brisant le flacon, elle le lui versa sur la tête.





b - Au Calvaire





15-40 et suiv.
: Il y avait aussi des femmes qui regardaient à distance, entre autres
Marie de Magdala, Marie mère de Jacques le petit et de Joset, et
Salomé, qui le suivaient et le servaient lorsqu'il était en Galilée.


c - L'ensevelissement




15-47 : Or, Marie de Magdala et Marie, mère de Joset, regardaient où on l'avait mis.




d- La visite au tombeau







16-1 et suiv.
: Quand le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques,
et Salomé achetèrent des aromates pour aller oindre le corps [...]




e - Apparition







16-9 et suiv. :
Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, il apparut d'abord
à Marie de Magdala dont il avait chassé sept démons. [...]





C - LUC




a - L'onction







7-37 et suiv.
: Et voici une femme, qui dans la ville était une pécheresse. Ayant
appris qu'il était à table dans la maison du Pharisien, elle avait
apporté un vase de parfum. Et se plaçant par derrière, à ses pieds,
tout en pleurs, elle se mit à arroser les pieds de ses larmes; et elle
les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers, les oignait de
parfum.




b - L'entourage féminin de Jésus







8-1 à 3 :
Et il advint ensuite qu'il cheminait à travers villes et villages,
prêchant et annonçant la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu. Les Douze
étaient avec lui, ainsi que quelques femmes qui avaient été guéries
d'esprits mauvais et de maladies : Marie, appelée la Magdaléenne, de
laquelle étaient sortis sept démons [...]




c - Les femmes au retour du tombeau







24-9 à 10 :
A leur retour du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à
tous les autres. C'étaient Marie la Magdaléenne, Jeanne et Marie mère
de Jacques.





D - JEAN




a - La résurrection de Lazare







11-1 et suiv. :
Il y avait un malade, Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de
Marthe. Marie était celle qui oignit le Seigneur de parfum et lui
essuya les pieds avec ses cheveux ; c'était son frère Lazare qui était
malade [...]





b - L'onction







12-1 et suiv.
Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était Lazare, que
Jésus avait ressuscité d'entre les morts. On lui fit un repas, Marthe
servait. Lazare était l'un des convives. Alors Marie, prenant une livre
d'un parfum de nard pur, de grand prix, oignit les pieds de Jésus et
les essuya avec ses cheveux [...]




c - Le Calvaire





19-25 : Or près de la Croix de Jésus se tenait sa mère et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala.




d - La visite au tombeau







20-1-2 :
Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vient de bonne heure au
tombeau, comme il faisait encore sombre, et elle aperçoit la pierre
enlevée du tombeau [....]





c - L'apparition



20-11 Marie [de Magdala] se tenait près du tombeau, au dehors, tout en pleurs. [...]









Marie de Béthanie




Dans
Matthieu et Marc, une femme à Béthanie parfume Jésus. On apprend dans
Jean qu'il s'agit de Marie, soeur de Marthe et de Lazare.

Luc parle d'une pécheresse, sans la nommer, mais la scène se rapproche
beaucoup de l'onction des autres évangélistes. Il est possible que
Marie de Béthanie soit la même femme que la pécheresse de Luc, mais
rien ne le prouve. Rien ne prouve le contraire non plus.

Marie de Magdala

Marie de Magdala apparaît pour la première fois au Calvaire, à la
crucifixion. Elle arrive subitement à tel point qu'elle semble être un
personnage fictif inventé de toute pièce pour raconter la crucifixion
et la résurrection. Heureusement, il est dit qu'elle a suivit Jésus
depuis la Galilée. On en déduit qu'elle est une proche de Jésus.

Elle est le témoin par excellence, témoin de la crucifixion. Les
disciples ont fuit, sauf Jean et quelques femmes. Elle est également le
témoin de la résurrection : quand elle arrive au tombeau, celui-ci est
vide. Puis Jésus, ressuscité lui apparaît. Marie de Magdala, arrive
dans l'évangile pour témoigner et pour dire que les écritures se sont
réalisées. Jésus est bien le messie. Il a souffert, est mort suspendu
au bois, il s'est relevé le troisième jour. Il est VIVANT. Si Marie en
est le premier témoin, ce qui fait d'elle le premier apôtre, l'apôtre
des apôtres, c'est parce que Jésus à chassé d'elle sept démons,
c'est-à-dire qu'il l'a baptisée.

La résurrection n'est pas une réalité historique, c'est une question de
foi. Personne n'a vu de ses yeux la résurrection. Les disciples ne
s'attendaient absolument pas à ce que Jésus ressuscite. Par contre, la
crucifixion semble très probable, et à ce sujet, les historiens sont
presque tous d'accord. Il est donc probable que Marie, venue de la
ville de Magdala en Galilée, ait été présente au Golgotha quand le
Christ est mort.

Mais que penser de la scène du tombeau vide ?

Personne ne savait où se trouvait le tombeau du Christ. Il a été "
inventé ", au sens archéologique du terme vers 325, sous le règne de
l'empereur Constantin " à la suite d'un avertissement et de suggestions
de Dieu ".

Saint Paul, véritable inventeur du christianisme, ne savait pas non
plus où était le tombeau de Jésus. Il n'en parle dans aucun de ses
écrits.

Il ne parle pas non plus de Marie de Magdala qui aurait vu la première Jésus ressuscité...

L'épisode du tombeau vide est en fait un récit liturgique pour
expliquer que Jésus est ressuscité. Il apparaît aux alentours des
années 65-70 dans l'évangile de Marc, alors que les épîtres de Paul,
aux alentours des années 50 l'ignorent. C'est donc approximativement
entre ces deux dates que s'est élaboré le récit du tombeau vide.

Il faut se mettre à la place des disciples et de ceux qui croyaient que
Jésus était le messie. Ils ne pouvaient pas accepter que leur messie
soit mort, et de surcroît crucifié comme un criminel.

Les apôtres et les disciples avaient tous fui pour échapper aux
romains, car eux aussi étaient poursuivis. Ils ont laissé tomber leur
maître, et pas seulement Pierre qui le renia trois fois avant le chant
du coq. Tous l'avaient abandonné. Tous sauf Jean et les saintes femmes.

Les psychologues vous le diront : il est difficile, voire impossible,
de faire le deuil de quelqu'un dont on a pas vu le cadavre. Or personne
n'a vu la dépouille du Christ. Il a été crucifié et jeté à la fosse
commune, comme tous les criminels ennemis de Rome.

Ainsi va naître le mythe de la Résurrection.

Alors, s'il n'y a ni tombeau, ni résurrection, Marie de Magdala
a-t-elle encore une raison d'exister ? A-t-elle encore une réalité
historique ? Comme je le disais plus haut : il est possible qu'une
femme nommée Marie et qui venait de la ville de Magdala ait suivi Jésus
et ait assisté à la crucifixion. Rien ne prouve le contraire.

Marie de Béthanie et Marie de Magdala sont-elles une seule et même personne ?

Si c'est le cas on se demande pourquoi les évangélistes la nomme Marie
de Magdala, et non pas Marie, soeur de Marthe et de Lazare (pour Jean),
et Marie " du village de Béthanie " (pour Mathieu et Marc) ? Marthe et
Lazare sont des personnages importants dans le récit de l'évangile.
Jésus s'est rendu plusieurs fois à Béthanie, chez Simon le Pharisien et
chez Marthe et Marie sa soeur, lors de l'onction. Il y est venu aussi
pour ressusciter Lazare. Ce qui n'est pas anodin. Alors, pourquoi
subitement Marie serait-elle nommée Marie de Magdala ?

L'Eglise a fait de Marie-Madeleine, trois femmes en une, un personnage
idéalisé, pratiquement la seule femme de cette histoire (la Vierge
n'ayant qu'un rôle limité, finalement). Une pécheresse repentie :
n'est-ce pas la définition même de l'Eglise des Gentils, la communauté
de tous les chrétiens du monde entier, sans différenciation de race, de
nationalité, de sexe ? Il lui sera beaucoup pardonné car elle a
beaucoup aimé. Elle peut voir le Christ vivant car elle a été baptisée.




Triptyque du Calvaire, Rogier Van de Weyden ( vers 1440-1445 )
à droite, Marie-Madeleine en veuve



©Victor Mortis, 2003-2006


_________________


La force de celui qui croit en Dieu n'est pas en Dieu mais dans sa foi.


L’abondance de l'Univers se manifeste dans ma Vie .(la répéter , s'en imprégner , jusqu'à ce qu'elle se manifeste).
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 22 Sep - 14:49