Prières Bien Etre & francemarc13janvier@live.fr

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,créateur du ciel et de la terre ;et en Jésus-Christ,son fils unique,notre Seigneur,qui a été conçu du Saint-Esprit,est né de la Vierge-Marie,a souffert sous Ponce Pilate est mort et a été enseveli,est décendu aux enfers,le troisième jour est ressuscité des morts,est monté aux cieux,est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.à la résurrection de la chair Je crois en l’Esprit-Saint,,à la sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés,à la résurrection de la chair,à la vie éternelle. Amen.
Notre Père
Notre Père qui êtes aux cieux. Que votre nom soit sanctifié. Que votre règne arrive. Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laissez pas succomber à ta tentation. Mais délivrez-nous du mal.
Je vous salue, Marie
Je vous salue, Marie pleine de grâce ;e Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus,e fruit de vos entrailles, est béni.Sainte Marie, Mère de Dieu,priez pour nous pauvres pécheurs,maintenant et à l’heure de notre mort..
Amen.
Prières Bien Etre & francemarc13janvier@live.fr

Pour se ressourcer, et trouver réconfort dans la prière.

Mots-clés


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

LEÇON II. De la contrition et du bon propos.

Partagez
avatar
francemarc
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1343
Date d'inscription : 27/07/2007

LEÇON II. De la contrition et du bon propos.

Message par francemarc le Sam 29 Déc - 19:03

LEÇON II. De la contrition et du bon propos.



La pécheresse aux pieds de Jésus-Christ (Luc, VII, 36). L'enfant prodigue (Ibid. XV, 2, etc.). Le pharisien et le publicain (Ibid., XVIII, 10, etc.)



Quelle est la première partie du sacrement de pénitence ?

C'est la contrition.



Qu'est-ce que la contrition ?

C'est un regret d'avoir offensé Dieu, avec une ferme résolution de ne l'offenser plus.



Que veut dire ce mot, Contrition ?

Il veut dire brisure et froissure, comme quand une pierre est brisée et comme réduite en poudre.



Qu'entendez-vous donc par le cœur contrit ?

Un cœur dur auparavant, et maintenant brisé et froissé par la douleur de ses péchés.



Pourquoi l'Ecriture se sert-elle de ce mot ?

Pour montrer combien est touché, et combien est changé un cœur pénitent.



Combien y a-t-il de conditions nécessaires à une bonne contrition ?

Il y en a trois : il faut qu'elle soit surnaturelle, souveraine et universelle.



Que veut dire surnaturelle ?

C'est-à-dire excitée dans le cœur par le Saint-Esprit, et fondée sur les considérations que la foi nous enseigne.



Qu’entendez-vous en disant que la contrition doit être souveraine ?

C'est qu'elle doit être par-dessus toutes choses.



Comment par-dessus toutes choses ?

C'est qu'on doit être plus fâché d'avoir offensé Dieu, qu'on ne le serait de toute autre chose, même de la perte de la vie.



Qu'entendez-vous en disant que la contrition doit être universelle ?

C'est-à-dire qu'elle doit s'étendre sur tous nos péchés.



Qu'enferme donc la contrition ?

Deux choses : la haine et la détestation de la vie passée, le ferme propos et le commencement d'une vie nouvelle.



109



Quelle doit être la haine et le regret de ses fautes ?

Il faut qu'il exclue la volonté de pécher.



Qu'est-ce qu'il faut considérer pour s'exciter à la haine et au regret de ses fautes ?

Il faut considérer la rigoureuse justice de Dieu , et l'horreur du péché mortel, qui nous rend dignes de souffrir éternellement les peines de l'enfer.



Quelle autre considération faut-il encore employer à s'exciter au regret de ses péchés ?

Que la bonté de Dieu est infinie; qu'il est notre créateur, à qui nous devons tout, qui nous aime plus que les meilleurs pères ne font leurs enfants.



Que faut-il encore penser ?

Que le Fils de Dieu s'est fait homme pour nous, enfant, nécessiteux, qu'il a enduré toutes sortes d'outrages pour nous sauver ; et que les péchés que nous allons confesser, ont été la cause de sa mort.



A quel regret doit-on être excité par cette pensée?

Si on avait fait mourir son père, on en aurait du regret toute sa vie. Jésus-Christ nous est plus qu'un père , et il a donné sa vie pour nous.



Quelles considérations servent à exciter le ferme propos à l'avenir ?

Les mêmes qui excitent à s'affliger des péchés passés.



Quelles sont ces considérations ?

Celles de la crainte, comme de craindre l'enfer et la mort éternelle.



Mais quelles sont les principales considérations qui peuvent exciter en nous le ferme propos ?

Celles de l'amour. On doit être affligé d'avoir offensé un si bon père, et un Sauveur si miséricordieux et si bienfaisant.



Lequel de ces deux motifs est le plus parfait ?

Celui de l'amour.



Quelle est la perfection ?

C'est que la contrition parfaite en charité suffit, avec le désir du sacrement, pour nous remettre incontinent en grâce.



110
Et ceux qui n'ont pas celle contrition parfaite, ne peuvent-ils pas espérer la rémission de leurs péchés ?

Ils le peuvent par la vertu du sacrement, pourvu qu'ils y apportent les dispositions nécessaires.



Quelles sont ces dispositions ?

La première est de considérer la justice de Dieu, et s'en laisser effrayer. (Conc. Trid., sess. VI, can. VI.)



Que faut-il faire ensuite ?

Croire que le pécheur est justifié , c'est-à-dire remis en grâce par les mérites de Jésus-Christ, et espérer en son nom le pardon de nos péchés.



Et quoi encore ?

Commencer à aimer Dieu comme la source de toute justice. (Ibid., et can. I.)



Qu'est-ce qu'aimer Dieu comme la source de toute justice?

C'est l'aimer comme celui qui justifie le pécheur gratuitement, et par une pure bonté.



Pourquoi y ajoutez-vous cette dernière condition, de commencer à aimer Dieu?

Parce qu'il ne paraît pas que le pécheur puisse être vraiment converti sans ce sentiment d'amour.



Pourquoi ?

Parce que si le pécheur ne commence à aimer Dieu , il doit craindre qu'il ne continue à n'aimer que soi-même et la créature.



Et de là que s'ensuivrait-il ?

Qu'il ne serait pas converti, et que son cœur ne serait pas changé.



Que dites-vous donc de celui qui dans le sacrement de pénitence négligerait de s'exciter à l'amour de Dieu.

Qu'il n'aurait pas assez de soin de son salut.




_________________


La force de celui qui croit en Dieu n'est pas en Dieu mais dans sa foi.


L’abondance de l'Univers se manifeste dans ma Vie .(la répéter , s'en imprégner , jusqu'à ce qu'elle se manifeste).
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 24 Sep - 9:49